Une fenêtre sur la mer

 

Une fenêtre sur la mer
Une anthologie bilingue de la poésie corse actuelle
coordonnée par Angèle Paoli

 

 

« La poésie corse existe bel et bien. Qui en aurait douté ? Elle mérite d’être explorée. Connue/reconnue, au-delà, sans doute, des frontières naturelles de l’île. »

Angèle Paoli

 

 

La page du livre

 

Extraits :

 

 

Solstice d'hiver 

rien ce soir
rien au couchant
rien à l'aube
rien
ce soir je m'endors en prose
dans cette trépignation de rage
rien qui soit poésie
dans la poussière collante qui s'envole
rien qui soit poésie
dans la danse froide des feuilles qui résistent à l'hiver
rien
les miroirs secs du gel sur le bitume
ce long soleil oblique que les nuages oublient
pour un quart d'heure
la tiédeur aux fenêtres closes
huit branches de sapin qui s'ennuient dans un vase
un dé à coudre d'alcool blanc
la nuit froide où patientent des enseignes
et cette soif de respirer la neige à pleins bras
ou de mijoter aux boues chaudes
demain peut-être l'eau resurgira
celle qui annule la soif
une espérance de juin
horizons gris ourlés de bleu
rien
dans dix ans il y aura encore juin
dans cent ans et dans mille
solstice après solstice après solstice
ce corps lui ne sera plus
parvenu jusqu'au bout de la falaise
tombé dans l'abîme
et un peu plus tard
dans l'oubli.

 

Sulstiziu d’invernu

nienti sta sera
nienti à punenti
nienti à l’alba
nienti
sta sera m’addurmentu in prosa
in sta zampittera arrabbiata
nienti chì fussi puisia
in a pula piciosa chì si ni bula
nienti chì fussi puisia
in u baddu ghjilatu di i casci sfidendu l’invirnata
nienti
i spechji asciuti di u cotru nantu à u catramu
stu soli longu di traversu  da li nivuli sminticatu
par un quartu d’ora
a tepidezza à i balconi sarrati
ottu vetti di ghjalgu chì s’annoiani in u vasettu
una zinzica d’acquavita
a notti freta ind’eddi pacinzieghjani l’insegni
è sta seti di rispirà, abbraciendula, a nevi
o missu à moddu in i fanghi caldi
dumani forsa l’aqua turrarà
quidda chì stancia a seti
una spiranza di ghjugnu
urizonti grisgi arricciati di cilestu
nienti
da quì à deci anni ci sarà sempri ghjugnu
da quì  à centu anni  è da quì a milli
sulstiziu dopu à sulstiziu dopu à sulstiziu
stu corpu eddu ùn sarà più
ghjuntu à cantu à a ripa
cascatu indè l’abissu
è po' dopu
In a sminticanza

Marianne Costa

 

******

 

Levers de soleil

I

L’orient tard vêtu
Nimbé d’hiver
Encore
Impatiente nos yeux
Sans que se lassent
Pourtant
Les merles chanteurs
Qui savent
Avant-coureurs
Le printemps
Des collines

 

L’oriente tricaticciu
Nimbu d’inguernu
Sempre
Spazienta i nostri ochji
Senza puru
Stancà
E merule canterine
Chì sanu
Nanzu à tutti
U veranu
Di e cullette

Jacques Fusina

 

*****

L’indifférence cisèle
une absence à toi-même
comme parle un désert

Angèle Paoli

 

 

Recours au Poème éditeurs propose aussi deux formules très simples d’abonnement à ses livres

 

Cliquer ici pour découvrir l’abonnement découverte : cet abonnement permet de recevoir deux livres par mois

 

Cliquer ici pour découvrir l’abonnement de soutien à notre action poétique : cet abonnement donne accès à tous les livres parus l’année de l’abonnement

 

Recours au Poème éditeurs