EN PASSANT PAR MARKALA

 

j’ai vu un ange sur la place   
il était assis sur le toit en tôle d’un stand    
en dessous-de lui dans des cagettes de bois   
s’alignaient poivrons, tomates, pommes de terre nouvelles,
oignons, choux blancs et choux cabus    
ses pieds pendaient du toit    
mollement il en frôlait les cheveux des passants    
il fit ainsi tomber le chapeau d’un client   
il soufflait un vent léger qui brassait les odeurs     
de fruits frais, de légumes, de fleurs et de poissons
il dévisageait les passants     
il ne quittait pas des yeux les vendeurs à leur balance       
il fixait leurs paumes gonflées et gercées    
il fondit en larmes à la vue d’une vieille femme   
qui ramassait sous les stands des légumes pourris      
une pluie fine se mit à tomber     
des pétales d’une marguerite peinte        
coulait une encre bleu pâle      
on aurait dit une pute avec un kilo de maquillage    
qui se serait mise à pleurer      
l’ange ouvrit les ailes et s’élança vers le ciel   
je me suis dit que s’il y avait une justice en poésie     
l’ange sous le couvert de la nuit    
irait  arracher le cœur du vendeur qui trafique sa balance      
cependant, je ne le crois pas    
car les anges en général prennent des poses     
et gèlent tout nus sur les fresques

 

extrait de HIT DEPO
Traduction Janine Matillon