JOURNAL D’UN SOLDAT

 

Smajo Hasanovic           
est couché sur le sentier derrière l’abri    
à son bras droit une montre brisée de marque japonaise     
indique l’heure de sa mort      
la balle d’un snipper lui a traversé le cou       
le sang jailli des artères       
s’est coagulé en un gros caillot de cheveux noirs    
nous avons attendu la tombée de la nuit     
pour l’enlever du sentier     
la nuit était d’un noir corbeau     
le lendemain 15. 12. 1994      
nous l’avons enterré à Ometaljka       
il soufflait un vent sibérien  
la terre était dure comme une pierre  
la neige friable tourbillonnait   
entre les stèles de bois       
unissant les tertres nus      
au ciel banal    

 

poème extrait de    HIT DEPO Traduction Janine Matillon