EXORCISME

 

Comme j’avais perdu jusqu’au nord de moi-même, le moineau des extases vint à ma rencontre.

Transi par trop de rêves, je suivais du regard le vol incandescent de mon ciel idéal. La foudre m’esquivait. L’amère expérience de se savoir vaincu époumonait mes mains. Le poème en bataille cherchait à retenir entre ses bras gercés la laine d’or du rêve.

             Quelle chance fut la mienne ! La rumeur de la rue venait à ma rescousse. L’illusion s’effondrait
             comme un sac de perles. Nous ne la verrons plus occulter notre mort.