Phares

 

Silence des mondes.
L’explosion, le poids des mots que l’on pourrait graver sur le rocher, la présence de la mer,  d’immenses voûtes de silence.

Le temps à deviner dans les corps des origines, accueillir la main et le regard, s’ouvrir chaque jour et chaque nuit,  ce signe d’amour et de lumière,

Brasier de flammes et de cendres noires.

Musique fragile.
Prendre à la nuit les ombres nerveuses  des temps anciens.

Peut-être l’infini.
Inventer une vibration, des sons, des rythmes, imprécision de la mémoire, la part de l’invisible, de l’ignorance,

Apprendre à naviguer dans les zones de grande turbulence.