TOURNEE GENERALE

 

J’ai bu un bourbognac au petit déjeuner –
à cette époque je commençais la journée
en allumant un contre-feu.

J’ai bu un rhum-sirop à la boutique Ciby –
mon verre est petit mais dedans je bois l’azur
(facultatif est le sirop).

Au Vingt-trois un dalon m’a cédé son lopin ;
il entendait, las de gratter la terre en vain,
se mettre à la raque à temps-plein.

J’ai bu parce que c’était samedi
et qu’il n’y a rien d’autre à faire ici
le dimanche.

J’ai tellement bu qu’à Saint-Pierre au cimetière
à peu près vers minuit m’apparut Sitarane –
le vieux démon n’a pas changé :

la  mine en mie de pain et les orbites vides
et l’air plus que douteux d’un garçon de café
déambulant de tombe en tombe.

Décidément je n’aime pas les revenants
ni cette voix blanche qui me souffle à l’oreille :
« Comme d’habitude ? »