AMOUR JAMAIS TU NE T’ES TU

 

I

 

 

 

            C’était presque le soir et depuis l’étranglement du cordon de l’aube
           me pesait me pendait au cou ma chair inassouvie et lasse
           jusqu’à l’informe
          Je pensais que m’en délivrerait seul le couteau
           du verbe
           Il pleuvait je marchais sans direction par la ville
           le ciel m’était mauvais moins que mon âme
           et j’y cherchais le claquement les aigus d’un poème
           où me trancher de moi-même
           Rue je ne sais son nom tu m’as fait signe
           nue
           comme la vérité infalsifiable de la peur
           du désir et je t’ai suivie emmenée
           là-haut
           Vous êtes bien loin m’as-tu dit
           c’étaient les mots comment le savais-tu
           qui m’assembleraient

           

 

 

 

 

II

 

 

 

            et maintenant
           sur la table où tu les as jetées les immortelles
           jaunes et roses tachent le bois profond de leur chant clair
           comme le sang sur ma peau brune que le rasoir a coupée
           la couleur est joie mon amour et la douleur
            passagère éternelle

 

 

 

 

 

III

 

 

            dans l’embrassade folle des âges le prodigue débours des temps
           sur la couche infinie des mille corps mêlés
           de ceux qui nous firent nous feront
           dans la chambre magmatique du désir  
           au présent de vérité tu t’ouvres je viens perdre te donner
           dans la nuit sous ta peau qui demeure ta peau
           en ton obscure exquise indifférence
           un peu de ma chair tendue
           gorgée de passé de sang passage de la sève
           oh qu’elle est profonde ma joie
           d’être parvenu jusqu’à toi

           

 

 

 

 

IV

 

 

            le soleil frappait de ses feux couchants l’or pourpre du brûloir
           nos couronnes gisaient au sol
           la nudité contenait mal le silence merveilleux de nos entrailles
           et nous dansions à l’horizontale des chairs
           les yeux entreclos
           soudain
           cette flèche sans fût sans empennage tirée de nulle part
           cette pointe t’a percé la vue disais-tu
           c’était l’ouïe
           ce que tu croyais ferme et qui l’était
           s’est dérobé
           quant à moi
           je te regardais réduit à mes balbutiements la main tendue
           miroitant d’éclats de peurs 

           

 

 

 

 

V

 

 

            Nous nous serions aimés ruisselant s’il avait plu
          et longuement
            et tout autant roulés dans les voilures là-haut  
           ou livrés aux caresses des grandes chiennes liquides.
           Nous aurions chassé d’entre nos peaux l’océan le ciel
            et parfois jusqu’à l’informe cruelle de la moindre séparation.
           Mais c’est dans l’ardeur orange des laves que nous
           avons trouvé perdu nos chairs pourtant si tendres et nos pensées.
            Crois-tu que nos cendres s’offrent toujours
            ce que nous n’avons plus depuis longtemps ?

 

 

 

 

 

VI

 

 

 

            Souvent les soirs aux cheveux rouges
           quand ton absence avait battu mes digues tout le jour
           je me couchais
           je te glissais nue dans mes pensées
           je t’y caressais le ventre comme font les danseurs de tango le parquet doré du bal
           et bientôt des enfants idéaux nous couraient avides entre les jambes
           que nous écrasions de joie
          je crois.
           Avant de m’endormir enfin je priais
           ô mon amante que l’aube arrive que l’aube avive la douleur éblouie
           de te connaître.

 

 

 

 

 

VII

 

 

 

            sur la grande table se dressent les tours
            de tout ce que je n’ai pas lu
            et qui tremblent parfois du peu de jours que dure la vie
           la vie des anémones allais-je écrire mais c’est la mienne
           il y a là des romans des essais et de la poésie
           des revues aussi parues disparues je ne sais plus
           et même un livre sur les moustiques
           avec des illustrations à l’aquarelle qui donnent à la peau l’envie
           de se défaire dans l’eau et de trouver le répit parfait du papier
           j’aspire depuis si longtemps que j’en ai perdu l’origine
           à devenir un livre seulement un livre entre tes mains
           et qui tomberait quand tu t’endormirais
           sur ta poitrine