Abîmes cachés [extrait]

 

                        La lumière qui soudain coule
                        Du ciel lavé de ses ténèbres
                        Longtemps retournées par l’orage
                        Porte un peu de bleu à ses tempes
                        Un oiseau salue le prodige
                        Ce sourire qui passe et tente
                        De chasser les peurs les alarmes
                        De la mort qui roule ses foudres
                        Encore au fond du paysage
                        Par espérance violente
                        Son aiguille au cœur si poignante
                        Qu’on voudrait renaître et mourir
                        D’un cri perdu et retrouvé
                        Dans un pur noyau de silence

 

                        Abîmes cachés (L’Arrière-Pays, 2010)