Les murs ne bougent pas

 

Les murs ne bougent pas
Les portes restent closes

Une cime se courbe
Sur le bois et la plaie

Tu souffles sur la braise
Et fais tout apparaître

 

 

La Venue (Arfuyen, 2006)