Parlé poème

 

L’homme qui a vu le soleil,
parle en sa fougue du feu ardent qui fait loi.
L’homme qui a vu la lune,
évoque de passion la lumière cristalline des songes

Tu me demandes
–  La vie vaut-elle la peine d’être vécue ?
Je te réponds
–  Le vers de terre piétiné ne doute pas de sa route.

Quand tu pleures,
au bruit de tes larmes, je pleure.
Quand tu ris,
dans l’innocence de ta joie, je ris.

Tu me demandes
– A quoi peut ressembler le visage d’un sage ?
Je te réponds
– Cela ne revêt que peu d’importance, nul ne sait !

Quand tu cries,
je me tais sous l’averse du ciel froissé.
Quand tu t’éloignes,
le soleil et la lune éclairent ton nom.

Tu me dis :
– La pensée a égaré mon âme à l’horizon de ma vision
Je te réponds :
– La pensée demeure visible dans le ciel de l’émotion.

Mais tu le sais :
L’homme qui s’efforce à voir le jour,
reconnaît de nuit la clarté du soleil
L’homme qui marche accordé à la terre
Porte en son cœur les richesses de la terre.