J’ai une fois tué le pittoresque

 

J’ai une fois tué le pittoresque. L’origine et la mort, comme des amants, se firent face. Les voyages, de ce fait, n’étant plus de saison, la beauté se mit à converser avec la banalité de la montagne.

     L’ordre nous fut rendu une fois les herbes arrachées.