Quelqu'un écoute des yeux

 

pour Alain-Gabriel Monot

 

Quelqu'un écoute des yeux
les lointains

Est-ce l'attelage du vent
qui tourne bride ?

Là-bas respirent
les larges ciels d'argent

les miroirs amnésiques
des étangs

Lentement
lentement la forêt s'égoutte

Il n'y a pas
de sève urgente

 

Inédit