LE JEUNE HOMME ET L’HOMME

 

Cet adolescent
toute une vie déjà cerclée
auprès de qui l’adulte ne sera qu’un aîné
respectueux
ni plus tramé ni plus soi
ni plus frontal ni plus transparent
ni plus rebâti ni plus ductile
-banc de pierre vieil étain
où le froid pulse à rage sèche-

sa promesse, lancée par force folle à la friche
sera recueillie dans des ans
poudre d’écorce ou l’églantine

il s’arrache à la traversée brouillonne
verse d’une pente à l’autre
s’inscrit en aveugle, à veille forcée
épie les récompenses de la route
puis les forêts dormant le long de soi
d’où l’on sort souple et sans rature

 

Visages pour mémoire (Encres Vives)