Si sans fin s’use alors

 

Si sans fin s’use alors.
La glace prise en pierre
ou patte brisée de substances
calcaires. Si sans oubli se glisse en fente,
hiberne, retourne à
(point de départ),
si sans scrupule dilate les pores,
l’encre n’est qu’une meurtrissure de craie.

Fondue, à terme brisée,
des ronds ravissent le tour 
pompon du retour.

N’effraie pas la chute.

Elle arrive, tournoie ses volutes en soupirs étranges.

Elle écrit.

 

Extrait de Va-tout