Poèmes

(*) PUDING SE PROVERAVA TIME ŠTO SE JEDE

 

Opsesija si, radna snago.
Prava opsesija. Izvrćeš se
U slugu, a sve od tebe zavisi.
Ceo svet, sve u tvojoj šaci.
Slično se sličnom ne raduje:
Ali čik se vi kresnite na
Pokretnoj traci.

 

 

ON VÉRIFIE LE PUDDING EN LE MANGEANT

 

Force de travail, tu es une obsession.
Une obsession véritable. Tu dégénères
En laquais et tout dépend de toi.
Tout le monde, tout dans le creux de ta main.
Le prochain ne se réjouit pas du prochain :  
Prostrés devant la bande transporteuse,
Ayez le culot d’y baiser !

 

 

 

***

 

 

 

 

BAJKA 1 (naracija odsustva)

 

i ova smrt je na upit
voliš li baš sve moje bolesti?
klimavo si ti sunce, tata
odmah si mi dao da biram

na rate: nebiranjem. tras!
nema boga, i sve ti je dozvoljeno
krio si pod tuđim bradama
da su svi oni (muškarci)
maze, da svakom moram
iti majka i da nijedan ne ume

da se pokvari kao moja igračka
ceo život sam u liftu želje, tata
hoću da se zaglavim, da zaglavim
kao zlatna ribica na šabat

 

CONTE DE FÉES 1 : récit d’absence

 

cette mort est aussi sur demande
tu aimes vraiment toutes mes maladies ?
tu es un soleil chancelant, papa
tu m’as aussitôt permis de choisir

en échelons : sans choisir. boum !
dieu n’existe pas et tout t’est permis
sous les barbes des autres tu as caché
le fait que tous (les hommes) étaient
des enfants gâtés, et que chacun avait
besoin d’une mère en moi et que personne n’était

capable de tomber en panne comme mon jouet
papa, j’ai passé toute ma vie dans l’ascenseur du désir
je veux être coincée, je veux coincer
comme poisson d’or au jour du sabbat

 

 

 

***

 

 

 

 

BAJKA 2 (naracija prisustva)

 

evo i tebi jedno lakunoć
još jedan opušak ubačen
u bocu, nigde da ne stigne

i ovaj mesec će se stropoštati
da, veruj mi, niz naše obraze
uvedi me u simbolički poredak
tancaj me slabi imunitetu
ja sam tvoj neposisan limun
kost zakopana za crne dane

pulsirajmo uvek zajedno
ovako krivo srasli
tancaj me

 

 

CONTE DE FÉES 2 : récit de présence

 

un bonnenuit à toi aussi
ncore un mégot jeté dans
la bouteille qui n’ira nulle part

cette lune tombera aussi
oui, crois-moi, le long de nos joues
introduis-moi dans l’ordre symbolique
danse-moi, toi, l’immunité faible,
je suis ton citron pas encore sucé
ton os enterré pour les jours noirs

battons toujours ensemble
ainsi mal soudés
danse-moi

 

 

 

***

 

 

 

 

 

ZA NEVEŠTOG TOREADORA

 

ne čekam sentencu, ne oštrim rogove,
čoveče sa telom žene, vazda nabadan
mahanje, navijanje, uzbuditi me neće
bik sam, a dosadno mi je, opet zovete
vaše cveće vene dok njime mašete
čelo vam je vrelo, rumenijim biva
što se više rukom ka meni upinjete
ne vidim tu boju, mojom sad je siva
iako ste vešti, slep sam. slobodan. 

 

 

 

POUR UN TORERO MALADROIT

 

je n’attends pas une sentence, je n’aiguise pas mes cornes,
homme avec une figure de femme, toujours transpercé
je ne serai pas ému par l’agitation, le soutien
je suis taureau blasé, et vous ne cessez d’appeler
vos fleurs fanent en train d’être agités
vos fronts sont brûlants et ne cessent de rougir
de plus vous dirigez vos mains vers moi
de moins je vois cette couleur, ma couleur est grise
même si vous êtes habile, je suis aveugle. libre.  

 

 

 

***

 

 

 

 

DOBRI MOJ

 

jeste, dobri moj, ljubav
dođe i prođe. Ali, kako
to dođe i kako prođe, a
gde ode, kod koga ostaje,
koliko se puta okrene,
da li uvek mahne, ili
je pregazi voz, sa kim
se mimoilazi, sa vama
što je jurite, ili vama što
mahnito bežite, ko tu
koga ostavlja? a kako
prođe, kao orgazam
ili rana od sačmare,
kao rednja ili nesanica,
je li brza kao talas ili
troma kao život sam. I
baš toliko dosledna?

 

 

MON BON GARÇON

 

oui, mon bon garçon, l’amour
vient et passe. Mais comment
se fait-il qu’il vient, et qu’il passe,
et où s’en va-t-il, où est-ce qu’il demeure,
combien de fois est-ce qu’il tourne,
est-ce qu’il salue toujours, ou bien
le train l’écrase, avec qui il se croise,
avec vous qui chassez après lui, ou bien avec vous
qui l’évitez, qui abandonne
qui? et comment passe-t-il,
comme un orgasme ou bien
comme une blessure faite par un fusil,
comme une épidémie ou une insomnie,
est-il rapide comme une vague ou
pesant comme la vie. Est-il bien
tellement conséquent ?

 

 

 

***

 

 

 

 

BOLJŠEVICI NE NOSE SPAVAĆICE

 

Krc, krc, niz zube stepenica
Stupamo smelo, nikad na kolenima
Letele su pelerine gospođa

Bog ne može u sanduk, Bog u grob ne staje
Nadežda se praznom krevetu osmehuje
Baci me u voz, prokrijumčari me

Hoću da me potegneš kao votku, iz cuga
Viljuške za kuglof leteće sa balkona
Kao kapitalističke granate

Vrati osmeh u svoje ležište
Marširamo: nikad više
Njihovi džepovi punjeni našim džepovima

Izvrnuli smo se, svi rudari, do jednog, kao kiša
Naša deca i njihove kašike ribljeg ulja subotom
Kobila je po sebi skupljala inje

Suza joj se ledila na minus trideset
Nadežda je sebi krišom priredila pillow talk
U snu je poljubila zapetu pušku

Majakovskom je nestala tegla pekmeza
Zbrisana kao Ljilja na fotografiji sa drvetom
Priđi, šapući mi kao ljuljaška

Slivaću ti se niz grudi, grlo
Na raskrsnici. Slobodno me retuširaj
Vojniče, trudna kobila neće da čeka

Posisaj komunizam s mlekom,
Nek ti na vreme kopaju jame, sine
Boljševici ne nose spavaćice

 

 

LES BOLCHEVIKS NE PORTENT PAS DE NUISETTE

 

Crac, crac, le long des dents de l’escalier
Nous descendons courageusement, jamais à genoux
Les pèlerines des dames volaient

Dieu est inadmissible dans un cercueil, il est trop grand pour un tombeau
Nadežda sourit au lit vide
Jette-moi dans le train, introduis-moi secrètement

Je veux que tu me bois d’un coup comme vodka, à la lie
Les fourchettes à kouglof voleront du balcon
Comme les grenades capitalistes

Retourne le sourire dans son siège
Nous marchons : plus jamais leurs poches
Ne seront pleins des nôtres

Mineurs, nous sommes tous renversés comme la pluie
Nos enfants et les cuillerées d’huile de poisson les samedis qu’ils offrent à leurs enfants
La jument recueillait la givrée sur sa croupe  

Sa larme glaçait par une température de moins trente
Nadežda s’offrit un pillow talk en cachette
Et baisa le fusil chargé en rêve

Maïakovski a perdu son pot de confiture
Il était effacé comme Lili de leur photo à l’arbre
Approche-toi, chuchote comme le balançoire

Je me répandrai en bas de ta poitrine, de ta gorge
Sur le carrefour. Retouche-moi sans peur
Soldat, une jument en grossesse n’a pas le temps d’attendre

Avec du lait suce le communisme  
Et qu’ils creusent tes fosses à l’heure, mon fils
Les bolchéviks ne portent pas de nuisette 

 

 

 

traduit par Bojan Savić Ostojić