Espaces de lumières (extraits)


                             Ouverture de la clairière

 

FEMME QUI DANSE …………………………………………………………………………

(À lire  à haute  voie  avec  tambour  d’appel et  castagnettes)
Fête de  têtes  de  plumes  de  touraco scintillantes.
Fous coups  de  perles  de  cauris étincelantes.
Essaim de  seins  peints  et fins à la  pétulance  flamboyante.
Étranges  hanches  étanches  et  en  transe  éblouissantes.
Reins  sereins d’airain aux  contorsions  haletantes.
Bras  abracadabrants de  bracelets de  baronne de  Bafang.
                                                                              Et  de Dschang
Jambes  rutilantes  de  castagnettes  d’initiée Fang
                                                   Aux  masques  épatants.
Yeux de  boa mâle de la chantante  Sanaga
                     Et  du terrible  Congo de Kinshasa.
Jupe  de  nervures  de raphia d’Akwaya
                                                De  Bafia
               D’Abuja
                               Et  de  Sangmélima.
Pieds en éruption d’esthète  d’ozila,
                                           De  makossa
                                       Et de cha cha cha
Elle  explose  en virtuose
           Et  se  métamorphose
               En adipeuse larve  de  palmier  dodue
Et en noire  chenille  au dos  aigu et velu.
Qui se trémousse  avec  une  frousse
                                                   Douce.
Et  le  tam-tam inspiré de  rythmer
La trépidante  mélodie pour  célébrer
En  cadence la bien-aimée
Dans  la tonitruante  truculence
                  De  la suave romance.
Et  le  soleil de danser  frénétiquement
    Et la Lune  de scander follement
             Au son de  l’algaita
                      De  Kolofata
La  chanson du  touraco
                       Aux  échos
Musicaux
Infernaux
        Et phénoménaux.
Et géniaux.
                   Et tropicaux.
     Et  éblouissants
Éblouissants
Éblouissants
        Accents
        Accents
        Accents
                                                                  Sang
                                                                  Sang
                                                                  Sang
                                                                      Ça
                                                                      Ça
                                                                      Ça
                                                                        a
                                                                        a
                                                                        a

                                                                              
Jacques FAME NDONGO,  Espaces de Lumière, Eloge de l’afritude, Yaoundé, Presses universitaires de Yaoundé, 2000, pp. 23-24.


                                       Deuxième clairière
                 
 

FEMME  CHEF  DE  GUERRE …………………………………………………………

Courageuse, majestueuse et  intrépide,
La stratège Louh, chef Vuté splendide,
Règne  sur  la communauté  de  Séré avec  magnificence.
Avide de  puissance, d’honneur et  d’indépendance
Elle  dirige  les assauts  contre  les Allemands, avec  intelligence.

Elle  étend  son impérium sur  toute  la contrée
De  Mankim,  Nyoo, Metep et Ouasso Babouté.
Et  de tous  ses sujets  elle  se fait   respecter.

Vêtue du tissu de  bois  battu  ngéré ;
De  son arbalète, de  sa  lance  et  de ses flèches, armées,
Elle  exhibe son superbe et  solide  bouclier
En  peau de  buffle, insigne du preux  guerrier.

La  magnifique fille  unique de Votoo et  de  Kukui
Tire  de  la soif  de  liberté enfouie et  évanouie
Au fond  de  la conscience  de  son peuple  altier
La volonté  inénarrable de  défier  le félon étranger.

Elle  se  mire,  transfigurée, dans  sa  magique  besace
Aux  mille et  un  pouvoirs  surnaturels,
Aux  étincelles  et aux  éclairs  rebelles,
Aux  éclats  de tonnerre et  de  foudre  coriaces

L’Amazone  de Séré et  de  Yamba-Mankim terrorise
Les  Germains, de  sa  pétulance  et  pulvérise
L’armée  adverse  mise  en déroute par  les Vuté
À la  combativité téméraire  et  sans  pusillanimité

Se sent –elle menacée  que  la digne  fille  de Votoo
Fait  tonner  la foudre  par  monts  et vaux
Et enfanter  la pluie  et l’orage
Et  provoquer  l’ire  de  la rivière  Njeke en rage ;

Les  troupes  allemandes  en débandade
Tombent  en pâmoison et  leur  pantalonnade
Exacerbe que  leur  désarroi et  leur  effroi
À la  vue de  l’olympienne Louh sans  émoi.

Puis  vient  le  couard  Humaru le  félon,
Travesti en fou et  vêtu de  loqueteux haillons
Qui voit s’ouvrir devant  lui le  portait  du Palais
De  la  Reine  Louh et, lâche, commet le meurtre  laid.

L’âme sublime de  la valeureuse  guerrière
Plane toujours  sur  la  contrée  fière
De  Yamba Mankim et l’esprit de  l’Amazone
Surnommée Mammy Katakata, erre  sans  aurôme.

Sa  terre  gémit  et saigne, spoliée.
Son Palais  en quenouille  accuse les insensés
Qui, par  pleutrerie et  par  turpitude,
Ont  plongé  son noble  manoir  dans  la  décrépitude.

                   Jacques FAME NDONGO,  Espaces de Lumière, Eloge de l’afritude, Yaoundé, Presses universitaires de Yaoundé, 2000, pp. 47-48.