Poèmes

                           Tourne en vain le manège
                       les mots se cabrent
                       comme les chevaux de bois

                        Ils voudraient s’envoler
                       galoper à perdre haleine
                       Ils vont oreilles dressées
                       à l’écoute du vent

                        Qui les tient prisonniers
                       des rouages aveugles ?

                        Ils rêvent de chemins
                       sans lisières
                       ils savent qu’on les attend
                       pour passer des frontières
                       mais tourne le manège
                       au son des crécelles
                       les mots pris au mors
                       succombent à la ronde
                       des berceuses enfantines

                       Pourquoi l’éternel retour
                       des cavaliers du jour ?

 

 

 

(Frontières de sable – Editions La tête à l’envers – novembre 2013)

 

 

 

 

 

                           Tu marches près de moi
                       avec tes abîmes et tes neiges

                        Nos coupes de cristal
                       se heurtent et vibrent
                       dans le ciel vide

                        Les appels ont des ailes
                       qui égarent les anges

 

 

 

 

(Frontières de sable)

 

 

 

 

 

                        Elle se lamente, la voix brisée
                       aux récifs de la mémoire

                        Ici elle ranime la braise
                       éteint ailleurs la flamme qui s’avive

                        Elle cherche des mots épars
                       parmi les cendres du langage
                       languit de ne pas les trouver
                       déchire en vain les voiles de la brume

                        Elle va guidée par le parfum
                       des herbes sauvages
                        en quête d’une source
                       pour ses lèvres altérées

                        Tout murmure d’eau
                       est rumeur qui s’épuise
                       aux neiges des halliers

                        Ivre de silence
                       elle quémande pourtant
                       l’offrande d’un regard,
                       le repos d’un baiser

                        Où te caches-tu veilleur dans la nuit ?
                       Ignores-tu que nulle ombre —
                       jamais — ne pourra effacer ta trace ? 

                        Ne m’égare plus
                       dans tes forêts sans clairière
                       où chaque oiseau qui s’éveille
                       ne chante que pour toi

 

 

 

 

( Feux nomades – Editions La tête à l’envers _ janvier 2015)

 

 

 

 

 

                           J’écrirai pour toi

                        Aussitôt les mots s’éveillent
                       comme une ruche endormie
                       quand surgit le printemps
                       Ils volent vers celui qui appelle

                        Tout langage crée ses passerelles

                       Sans toi, l’or s’éteint dans les caves
                       les sources s’enlisent
                       et nul ne sait pour qui chante l’oiseau

                        J’écrirai pour toi

                        Paroles qui s’enflamment
                       comme perles sauvages
                       sur la peau bien aimée

                        Ta venue brise la rigueur
                       des longs apprentissages

                        J’écrirai pour toi

                        comme le prisonnier affranchi
                       célèbre la lumière
                       comme le vent épouse le feuillage
                       comme la nuit se livre au jour

 

 

 

 

(Feux nomades)

 

 

 

 

 

                          Alhambra

                         

 

                           Une femme chantait
                       dans les jardins de l’Alhambra
                       Sa voix fouettait les étoiles
                       qui s’allumaient une à une

                        Te souviens-tu
                       du parfum des orangers,
                       du bruissement des eaux ?

                        Tout demeure inchangé
                       en ce lieu de mémoire
                       où les neiges éternelles veillent
                       sur les palais enchantés

                        Lieder de Schubert
                       quelques notes suffisent
                       pour tirer de leurs rêves
                       les douze lions de pierre
                       des fontaines assoupies

                        Nous errons pour toujours
                       parmi les colonnades
                       et la dentelle des façades
                       dans le parfum des orangers

 

 

 

 

(Feux nomades)