Petit marché de Sofrou

 

Petit marché de Sofrou,
Habib achète du pain et des nèfles fraîches.
Nous les mangeons sur place,
le marchand sourit et nous plaisante.
Il dit que ce n'était pas la peine
de les amener de si loin
pour les voir si vite disparaître
dans la bouche des gourmands
que nous sommes ;
qu'il aurait préféré qu'une femme les touche.
Nous rions.
Il vient de Ben Smin,
il est parti tôt, avec l'aube
qui était plus paresseuse
que lui et que son âne affirme-t-il.
Nous rions encore.
Dieu est bon
qui permet ce rire autour d'une livre de nèfles
ajoute-t-il avec malice.