L'ANGE

 

Celui qui, nuit et jour,
marche dans ma tête,
y fait un tohu-bohu
plus lancinant que l'enfer

Celui qui, de toutes ses forces,
m'empêche de quitter cette cage sans barreaux,
celui-là ne connaît
ni le ciel profond
ni le chant secret des oiseaux
ni la couleur du blé.

Aveugle suceur de sang,
parasite souverain, pieuvre géante,
il lève de telles tempêtes qu'il me fait
fermer les yeux
et me lance au visage
des giclées de sang.

Impassible imposteur,
il aboie à la lune
le visage tourné vers la nuit rouillée.

Ah ! qu'il explose et
que les tessons de son corps
s'éparpillent sans moi
aux quatre coins des étoiles.