Fragment de miroir - Fragment du vide

 

 

La pauvreté se lie tous les matins. L'hémorragie du dehors laisse nos jours inachevés. Lessive, mémoire et présence ne laissent que quelques rumeurs s'amenuiser sans cesse. Ainsi sommes-nous transportés dans un au-delà grotesque, gauches et apeurés.

 

Vous êtes assise, visage éternellement beau près d'un bassin de pierre, le corps saisi dans un linge d'armoisin. Je marche vers vous dans le ciel comme dans la haute neige.