Bonne nuit

 

Un jour, je m'endormirai pour mon dernier sommeil –
Et au moment de fermer les paupières, il y aura un grincement
  de porte
Très doux, – un pas, s'approchant
Avec la prudence feutrée des anges
Ou d'une fée. Puis une bouche effleurera ma joue
Et murmurera : “Fais de beaux beaux rêves”, – avec cette
  même intonation enfantine
Qui m'avait si touché, à l'époque
Où cette bouche, et cette voix
Avaient traversé ma vie. Il y aura ce même clair-obscur
  des pensées
Que traverse soudain un rai de lumière – le sien –
Et la patience que nous aurons trouvée au fil des siècles
Pour nous murmurer les derniers aveux :
– Je t'aime encore, tu sais ;
– Je t'aimerai toujours