N'y aurait-il…

 

N'y aurait-il qu'une femme
  Pour nous donner la vie : une, une seule – son
temps sera compté
  En siècles dans notre paume : trotte-menus,
ils s'affairent, – embrassent les sillons
  Par où la vie circule
  À nouveau ; n'y aurait-il qu'une femme
  Elle serait là : et comme ce mode
  Lui déplaît aussitôt, elle le tord dans sa paume
  Le pile, l'écrase
  En poudre fine, dont elle ensemence les
blés – les blés mûrs –
  Du : “Je suis là.”