Rejoint par l’horizon

 

Chemin guidé
par la raison tombée dans le doute
du retour pris

tu éprouves
du haut de ta taille
le vertige

tu as peur
lourdeur allégée
de l'horizon du monde

Sans souffler mot
de l'éloignement de l'horizon

tu penses
direction choisie
à l'avenir lointain

tu découpes
avec le ciseau des mots
le mystère à raboter

Âme éprouvée
par la vision
devenue riche
de l’horizon contemplé

tu te sens
plein de l’étrange conservé
totalement inexpérimenté

Pensée troublée
par le soleil déclinant
rejoint par l’horizon ensanglanté

ta volonté endormie
errant dans la solitude
disparaît dans le lointain

Yeux grands ouverts

tu suis
perdu au loin
la présence perdue de l'horizon
en quête de mieux

Respiration coupée
par les pensées nouvelles
surgies dans le déclin du jour
annoncé par le font de l'horizon assombri

tu entends
esprit aiguisé jusqu'à la douleur
les paroles de ta bouche
crier les richesses éparpillées sans regret

 

Debout
sous le ciel précipité vers la fin du jour

tu écoutes
assoupi parmi les ombres
le soupir de la lumière apaisée à l'horizon

 

Réuni
discorde en toi cessée
de nouveau par le soleil endormi
derrière la ligne où règne la tranquillité profonde

tu entends
marcheur muet
le silence dit

C'est le moment où l'horizon
ombre approchée de la nuit en attente
s’abîme

tu te réfugies
dans le répit de t'écouter et de t'interroger
dans le noir