L'arbre aux poètes

 

Les poètes
                  -- pauvres rameaux –
sont bien malades
sur leurs branches.

Même les oiseaux leur préfèrent
la compagnie des singes
et le jacassement
continu des bécasses.

A chaque coup de vent
l'un d'eux tombe de l'arbre ;
ça fait un bruit de feuille
les jours d'enterrement.

A peine si l'on voit
frissonner les fougères.

 

 

  paru dans le mensuel "Aujourd'hui Poème", n° 25, 2001