3 poèmes inédits

 

Soudain la violence de l’écriture me traverse
Soudain l’atome et la fission de l’atome dans la même durée
Soudain le microcosme de la phrase en feu
Soudain en syllabes et en lettres le cri
Soudain les analphabètes font des pauses 
Soudain incise les enfants raflés dans leur apprentissage   
Soudain on pourrait toucher au but
Soudain deux mots seulement en langue primitive
Soudain les pronoms et quelques cartes à jouer
Soudain les signes transmettent un sens
Soudain s’efface par le viol s’écroule comme un corps

Soudain la potentialité plurielle et douce meurt
Soudain ce qui est debout et ce qu’on peut atteindre
Soudain une succession de vocables sertis autour d’un verbe
Soudain la douceur d’un nid
Soudain les oisillons meurtris
Soudain la mère molestée se relève
Soudain la peur le revolver en joue le couteau sous la gorge
Soudain intouchable et le vacarme noir

 

Soudain les insultes
Soudain la foi son halo de lumière
Soudain se perdre dans l’attraction de la marche
Soudain le renoncement
Soudain l’éthique
Soudain se fondre dans la nuit
Soudain une triade de centres
Soudain l’imagination se retourne dans son lit

Soudain les corps les corps et encore les corps

 

Soudain tu te rebelles et ta rébellion se déplie sous les pierres
Soudain l’agonie s’incruste dans le chant
Soudain sans attributs la main et le mythe
Soudain hors de ton corps à corps perdu la cendre de tes os
Soudain il n’y a plus de nom

Soudain tu griffes et tu rages
Soudain tu rameutes écrivaine  le vide et le ravissement te tient  
Soudain mendiante au milieu de ta vie
Soudain la ligne d’abîme et pépites la prose

Soudain la crasse t’englue
Soudain le poids énorme de la beauté
Soudain prise d’un vertige entre quatre soleils

Soudain l’horizon les palabres la nuit qui se couche
Soudain des restes frais de viande sur la lumière
Soudain le tout ensemble et le lien : le poème

 

 

à paraître aux Éditions TIPAZA