MILLENAIRES

 

Au temps des blasphèmes sauvages
Marchaient des indiens nomades aux mâchoires héroïques.
Ils baisaient les seins du vent
Noyaient l’oiseau dans la paresse
Et fumaient des pierres précieuses.
Las, nous sommes seuls,
Et au quart du Soleil
Nos herbes ruissellent de la bave des poupées.