9 poèmes

   

   Désorientation

 

   l'après-midi nous montre ses crocs dorés
   nous mord le torse les épaules
   s'absorbe dans mon cou

   dans ton regard un couple de chauve-souris égarées

 

 

  
    Subterfuge

   

   dragons vagabonds tes yeux
   ont planté leurs griffes dans ma poitrine

   je les allaite

   alors une ancienne douleur se réveille

                            les écrase

 

 

    Trèfles

   des trèfles dans tes mains quand elles touchent les miennes
   ton soleil étend ses racines sur les montagnes

   une prairie couvre mon corps

 

 

    Des papillons

   tu prends le miel de mes blessures
   tu attaches ton été à mes ailes

   nous remontons parmi des draps de vent

   démons et dieux nous poursuivent

 

 

    Nectar

   la peur s'enroule dans les bras de l'oranger
   se crispe parmi ses branches

   un jeune colibri réclame à manger

   parmi des étamines et des pistils
   une histoire d'averses et de tornades

   l'oiseau se fraie un passage
   pénètre glisse vainc est vaincu
   dénoue des vagues de rosée

   la brise se lève pour le saluer
   des plumes bleues frappent son corps

   il atteint le nectar

 

 

    Trèfles et feuilles

   des trèfles à quatre feuilles montent vers le ciel

   couvrent mon corps dénudé
   le protègent de la pluie des tempêtes solaires
 
   quelqu'un prononce mon nom m'appelle à travers bois

   mais j'ai abandonné toutes mes propriétés oubliées
   pour supporter la vie des arbres
   pour planter mes racines comme des doigts assoiffés cherchant
   d'autres mains

   seuls les trèfles à quatre feuilles peuvent monter au ciel
   grimper sur mon corps nu 
   le couvrir le protéger le laisser être sans nom

   le bois source d'échos lointains se tait

 

 

    Amour éternel

 

                                                   à javier o.

   j'affronte le vampire à corps découvert

   son ombre me caresse
   j'ouvre mes ailes de bois

   bien avant les premières lueurs nous nous sommes endormis
                                                                                          crucifiés

 

   
    Des barques de fumée traversent la pluie

 

   mon cœur cherche à ne plus pleuvoir sur ton corps

   la pluie se trouve sur le profil en creux de la maison
   les broussailles les mûres des forêts

   un arbre paraît lire leurs mandalas

   je demeure désarmée à la proue

   une embarcation de fumée m'éloigne du port

 

 

     Bruit sauvage

 

    l'hiver a enseveli irrémédiablement tes traces

   une araignée attache ses fils en liberté
   quelques pieds courent déchaussés à travers la maison

   il ne reste pas trace de toi
   seulement un peu de sucre renversé sur la table

 

 

 

Extrait de Tu verano en mis alas & verbal (La Cabra ediciones, 2011)
traduits de l'espagnol (Équateur) par Max Alhau.