Violoncelle

 

 

Violoncelle lancé dans la terre comme une flèche tombée
opulent    ton corps sur sa fine épine dorsale
tremble    suspendu      Des coups d’archet caustiques te mettent
en péril     te provoquent de tables d’harmonie de ver et de sève

Tes doigts    pour monter    descendre    descendre plus bas
aspirer une toile invisible vers l’immensité astrale
Tes doigts caressent le ciel     Ton corps le dit
toute la lumière pour lever et écarter son voile

Tu avances à grands pas     tu mords à chaque ton d’iode
Rien ne peut t’intimider       casse-cou de la musique
explorateur du pouls      combattant    résistant
Condamné est le mur contre lequel tu finiras

Tu mords le vermillon au goût de miel avec tant de véhémence
frère de sang     mon sang coule dans tes veines
Dans tes affres   je te fais tournoyer     te tapote doucement
Là où vibre le gland  tu sanglotes en moi de tes sons les plus sombres

Intermittence     puis tu gémis aux éclats d’étoiles polaires
et celui qui t’a brûlé de ton archet te sourit maintenant
Tu respires plus calmement      Nous nous arrêtons        Nirvana

Ptérodactyle peccadille tactile
- l’archet est relâché     dix doigts travaillent ton corps
font monter de la mer une brume légère        et dans un tel silence
petite tape énigme     le vent coupe au rasoir les feuilles de bananier

et dans un tel silence     une pluie apaisante insiste
gravant ses messages en pointillé      braille pour les membres
morse     - nouvelles de moi     de toi     et de la mer
et    gravissant la montagne     des rochers et des arbres

 

Traduction de Jacqueline Starer

 

 

Cello

 

Cello lanced in earth like a fallen arrow
opulent     your body on the slender spine
quivers     suspended      Caustic bowstrokes risk you
challenge you from soundboards of worm and sap

Your fingers     to ascend  step down   step deeper
suck away a web into the vastness of stars
Your fingers feather heaven     Your body mouths it
tempts light to lift and cast aside its veil

You stride      you bite at every iodine tone
Nothing can daunt you    music’s desperado
explorer of the pulse     fighter    resistant
Doomed is the wall your back will die against

So vehemently you bite mellifluous vermilion
blood-brother    my blood is grained in your grain
In your throes  I gyrate you    churn you softly
where the glans throbs you sob in me your darkest sounds

you intermit     wail to shattered pole-stars
and he who fired you from his bow smiles down at you
You breathe more easily       We pause      Nirvana

Pterodactyl  peccadillo tactile
-   the bow released     ten fingers work your body
draw haze from the sea       and in such silence
strum conundrum      wind razors banana leaves

and in such silence     appeasing rain insists
stippling its messages      Braille to the limbs
morse     - news of me   of you     and of the sea
and    climbing the mountain     of  the rocks  the trees