Histoire de

de : 

 

Sais-tu pourquoi j’accuse le coup
  Sais-tu
Ma mémoire s’est échappée à ton contact
Une électrode a sonné l’alarme
  Personne
   Les pièces sont vides ici
           Impersonnelles
Tu as su rendre l’amour à des murs cruels
Alors je sors
   Je n’accuse même plus la pluie
C’est ma nature qui se désire quand tu ris
C’est ma nature vivace qui revient à la charge
J’ai délaissé mes droits tout comme mes gestes sur les cloisons de ma prison
  Je voudrais te couvrir
  Je voudrais être l’homme qui sèchera tes    larmes
Avec les miennes nous aurons d’autres boissons
       Le suc de nos rêves
Amoureux  Amoureuse
C’est tout juste l’apparat de l’amour
Le reste se mérite  Il est long à venir
Mais nous avons tout le temps
Passé
Présent
Futur
Nous savons bien comment nous protéger
Il faut juste éviter la balle du sniper
L’aurore est boréale aujourd’hui
La vie bat un rythme chaloupé
      régulier
La force de l’amour est toute puissante ici-bas
La guerre est loin
     Mais attention s’il faut la faire
   Je rejoindrais mes frères

 

Orthez – 5 décembre 2012 – 16 :49