J’ai trop imaginé

 

J’ai trop imaginé
Un parfum
De smalt et d’émeraude
Qu’il devient lourd
A mettre
Je dispense
Toute l’odeur
Au détriment
De toute réalité possible
Je le respire comme de l’air
Je l’expire
Comme du vent
Je ne le mets jamais…