je voudrais être un oiseau de nuit

 

je voudrais être un oiseau de nuit
les soirs de mars comme aujourd’hui
j’irais dormir dans un creux de ton tronc
et à minuit
à minuit
je ne pourrais m’empêcher d’embrasser tes glands sombres
tes branches et tes racines fredonnent l’indifférence
j’oublie la langue des humains
en cherchant dans le bruissement de tes feuilles
des mots
sur la pointe des pieds au bord d’un rocher de silence
j’écoute ton cœur
où la vie clame sa joie
sous l’écorce sombre de ton mutisme

 

(Kaitseala, 2005)

 

Traduit de l’estonien par Antoine Chalvin