5 poèmes

 

 

Babel s’honore

Baudille
saint et mont
vigie de pierre
jadis
de vive pierre
signe de Séranne

Vent sifflé
sifflant si fort

Baudille
saint et mont
vigie de pierre
naguère
pylône d’acier
de vif acier
N’entends-tu rien venir ?

Vent sifflé
sifflant si fort

Baudille
plaint
jusqu’à la mer
son sourd son de la terre
qui onde, dit-on, l’image
continue
des Causses et des garrigues

Vent sifflé
sifflant si fort

Baudille
vers l’Orient perdu
saint est rayé
rouge / blanc
d’une machine bruitique
la tour orgueilleuse
Babel s’honore

Vent sifflé
sifflant si fort

 

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

Parole

 

Ici
le noir est
la parole du paysage

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

 

Suave

 

Dès l'initiale
du jour majuscule
l'horizon s'ouvre
à la saveur suave
des mots minuscules

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

 

 

Je suis hanté

 

Comment ?
Comment continuer ?
Comment continuer d’écrire ?
Comment continuer d’écrire dans le monde ?
Comment continuer d’écrire dans le monde qui se désagrège ?

 

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

 

Neige

 

1 : élévation
neige
levain de sel
lève la terre
élève les arbres
vers les ciels de lait caillé

 

2 : creusement
neige
les traces de l’homme et de la bête
discontinûment
écrivent le paysage
signent la conquête

 

3 : fonte
neige
éphémère victoire
sur le temps
avant
l’effacement