Feu [1]

  

   J’entre dans la forêt
   dénué d’âme et de corps
   les yeux fermés
   et tu es là.
   La fraîcheur de l’herbe cicatrise.
   Je me soumets à l’étreinte des arbres
   grattant mon âme à l’écorce
   jusqu’au captif incendie.
 

 

Traduction Yves Roullière