Tu rentres tes épaules

 

Comme un arbre l'attente m'a défeuillé
et ce soir tu rentres tes épaules
pour dire le mensonge d'un retour
à ton vivre brûlant dans mon souffle:
tu n'as pour visage qu'une nuque vide,
duperie stérile, masque du rien.

Et tu veux être pour moi cette ombre
mais c’est fumée que l'air efface,
toute espérance se décolle desséchée
depuis que le temps n'est plus des yeux
dans les yeux et entre les pics d'une fièvre
nous ne faisons plus la mort joyeuse.
Nous sommes les héritiers d'une peine éteinte
et tu n'as plus bouclier ni armure,
et un adieu ne se suffit pas au désaveu.

Extrait de De braise en braise, 1956 -1970)
Traduction André Ughetto

 

Tu entri di spalle

 

Come albero l'attesa mi ha sfogliato
e tu entri di spalle stasera
per dire la bugia d'un ritorno
al tuo vivere ardendo nel mio fiato:
non hai per volto che una vuota nuca,
sterile inganno, maschera del niente.

E tu vuoi essere per me quell'ombra
ma è fumo che l'aria cancella,
si scolla inaridita ogni speranza
da quando il tempo non è più degli occhi
negli occhi e tra le spine d'una febbre
più non facciamo la morte gaudiosa.
Siamo gli eredi d'una pena estinta
e tu non hai più scudo né armatura,
e non basta un addio a rinnegarci.

Di brace in brace (1956-1970)