Mes petites morts (extraits)

 

                            extraits : « Mes petites morts »  en hommage à Jankélévitch.

 

    Mes petites morts
                     elles chantent
                    incandescentes
                    leur clôture est inaudible.

 

***

 

 

Une vie comme ça
sauvée à chaque minute
sur une faille lumineuse captée à la volée.

 

***

 

 

L'oeil part avec le voyage

devant l'obstacle
on ne dérange pas  les morts
on continue
dans la longueur « qui excède nos limites ».

 

 

     ***

 

                  Empiètements

                                        pour ne pas lâcher prise
                                      et sauver la durée
                                     jusqu'à saisir le pur rayonnement
                                    avant qu'il soit matière.

 

***

 

                        Trop plein du jour
                                  tout pourrait rester là
                                  dans l'engouement
                                              à vivre
                              trop de sang
                               trop d'orgueil
                               aux mains chargées d'anneaux et de harnais

le soleil éblouit
perce la permanence
la durée se soulève à l'élan déclaré.

 

***

 

 

La mort ne  s'ébruite plus
             elle a engorgé le jour
             on la couvre de fleurs.

 

 

***

 

Les trains étaient bondés

son sourire fendu
saignant au coin des lèvres
nous laissait plus meurtris
que l'adieu de sa main .

 

 

***

 

 

Les veines tracent en silence le parcours du reclus

filet sinueux
plus violet que l'encre du poème
qui se gonfle secrètement serré

puis se perd à l'insu des petits plis de peau
pour renaître en saillie
dans une résurgence.

 

***

 

Le pied se déporte
           l'escarpement
           est
           tel
           que la respiration
           reste
seule prévaut la loi de la pesanteur

le poids de tout le corps se tient sur le qui-vive

la pierre roule
résonne contre les hauteurs du gouffre
            ici
            c'est le pied
            qui appelle un support
            l'écho
            fait entendre le vide
            pris dans le paysage.

 

 

***

 

 

Jour  blanc

à suivre la neige tomber
on reste suspendu aux laisses de silence
l'oeil papillone jusqu'au vertige
le fond du ciel se perd
la vie tremble au soir glacé

la peau
          frileuse
          se glisse
          dans les draps blancs
          se plisse
          et lentement se fend

           sans douleur.

     

***

 

        à    Abbas   Kariosthami pour «  Le goût de la cerise »

 

 

Le  dernier jour fixé
s'allonger sur la terre creusée
tout le ciel dans les yeux

grand ouverts

immensément

à boire par gorgée

jusqu'à ce qu'un passeur tienne la délivrance

quelques  poignées  de terre
arrachées au très-bas
lancées sur ce corps allongé aux routes de poussière.