Veillée

 

Signe de vie parmi les ruines

Cette fleur de veille     ce fragile regard               voici

Le temps des poings fermés                  De toute chose

Ne reste plus que le nom                   des paniers vides

Les lambeaux de notre joie                      ô  mémoire !

Source d’oubli                    Bientôt nous n’aurons plus

Qu’à lire les heures           sur des horloges dormantes

Temps d’avant et de toujours                 ô puits ! Puits

Profond !  Temps inhabité !   Temps sans impatience !

Il n’y a plus d’adieux dirons-nous              mais quelle

Est donc cette voix qui passe les murs ?       Ce propos

Soudain qui nous cherche         et qui nous dit : Viens !

C’est l’heure de veille        cette fleur de l’ombre parmi

Les épaves                          ce regard de bout du monde