Je marche à travers les feux

 

Je marche à travers les feux du couchant
Le sol se couvre d'or à mes pieds
D'un or impur boueux falsifié

J'aurais besoin d'une visière
Mais je n'ai que ma main
Pour tenir le soleil en respect

Je me retourne
Et c'est mon ombre que je vois
Mon ombre retournée
Vers l'ombre qu'elle n'a pas

Nous finirons bien par creuser un sentier
Tout autour de la terre
Un sentier fréquenté
Par l'impossibilité de nous rejoindre