Des airs pleins la tête

 

Des airs pleins la tête
elle esquive la ronde
et sans bruit
défie l’ombre d’un sourire
elle ne gaspille
ni le silence
ni la confiture

Je suis seule avec le poème. Cette solitude ne me fait pas peur.
J’ai besoin du silence pour entendre le froissement des mots.

 

Extrait de Entre l’herbe et son ombre, inédit

 

« Deux voix se font entendre ici, à la fois proches et différentes.  L’une observe le quotidien d’une femme, assise tôt le matin à la table de la cuisine.(…) La deuxième voix explore la naissance du poème dans le silence et la ferveur. » (extrait de la préface de Cécile Oumhani)