L’odalisque

 

                 Elle était biche, elle était faon,
                 Elle était du Caucase la plus belle des enfants,
                 Ses yeux de miel pur et son corps ravissant
                 Chantaient la joie du monde et des matins ardents.

                 Les lilas autour d’elle dispensaient l’harmonie,
                 Ombrant ses cils blonds de rêves indéfinis,
                 Et sur sa face tendre deux fossettes alanguies
                 Esquissaient le sourire de l’amour endormi.

                 Les anges en la voyant jetèrent leur auréole,
                 Et sur ses treize ans veillèrent à tout de rôle,
                 Mais la lune s’alluma telle une girandole,
                 Parant d’un blanc halo cette gracieuse obole.

                 Au galop d’un pur sang le destin a bondi,
                 Un seul geste des mains et tout  fut accompli,
                 Sur le vaisseau des brumes une voix a gémi :
                 « Adieu ma mauve terre, Adieu ma Circassie. »

                 Les caïques glissaient sur les eaux du Bosphore
                 Et les dômes se teintaient du rose de l’aurore,
                 Istanbul surgissait en caftan bleu et or
                 Et l’ombre de Soliman hantait la Corne d’or.

                 Au marché des esclaves de l’argent fut tendu,
                 Et sous un nom d’emprunt une âme fut vendue,
                 Aux fontaines du palais une colombe apparut,
                 On enterra ses ailes sous un marbre déchu.

                 Elle était biche, elle était faon,
                 Elle devint la gazelle du lion ottoman,
                 On édifia pour elle une cage d’argent,
                 Elle y mira son cœur et ses secrets tourments.

                 Les perles furent jalouses  des nacres de son front
                 Et les pâles sultanes perdirent leur séduction,
                 Les loukoums apaisèrent sa soif de rébellion
                 Et les derviches tourneurs mimèrent sa passion.
                                                     
                 Le temps noua ses jours à l’ambre de ses tresses
                 Et les ans dédaignèrent de fleurir sa jeunesse,
                 Le Sultan à présent convoitait une Tcherkesse,
                 Finies la brève romance et l’illusoire ivresse.

                 Le songe ne voguera plus à l’unisson des heures,
                 Sur la galère des ombres il rame vers l’horreur,
                 Car l’elfe du Caucase dépérit de langueur,
                 Le miel de ses yeux purs a fondu de douleur.

                 Elle était la gazelle du lion ottoman,
                 Elle devint l’odalisque d’un harem d’Orient,
                 Ses fossettes enivrantes et son corps ravissant
                 Sombrèrent dans la nuit de l’oubli inconscient.

 

                                        Poème extrait d’Alchimie