Le chemin

 

Voie Escarpée,
Sentier capricieux
Les herbes mauvaises drues
Coulent leur laideur
Des crevasses gourmandes
Ouvertes tels des égouts nauséeux
Pourtant c’est le chemin

Le sentier est étroit et exigu
Les scorpions et des serpents venimeux
Dansent la danse de la mort
Le venin généreux et riant
Le danger embusqué
Le trépas à portée de main
Pourtant c’est le chemin

Tout est noir
L’horizon est brumeux
Un vent nerveux rugit
Le ciel fatigué s’écroule
Le soleil s’est éteint
Aucune lueur sur la piste
Une chose est sûre
Cependant
C’est le chemin

Des pierres acérées
Telles des écailles
De dinosaures
M’entaillent la plante du pied
Des pierres d’achoppement
Se dressent furieuses
A toutes les minutes
A tous les carrefours
Des cris lugubres peuplent le vent
Le courage ne me quitte pas
Car je le sais
Je suis sur le chemin