J’attends les métamorphoses du silence

Dessin 3 (Orphée tout en noir encadré par une porte noire).

 

 

J’attends les métamorphoses du silence
si tu dis tu erres
mon Eurydice as-tu marché en vain
je ne peux que le poème amoureux

le dieu de la mort
possède une géométrie lumineuse
je n’ai que l’encadrement obscur de la porte
à peine me vois-tu dans l’espace du passage

j’ai pourtant brillé mes raisons étaient bien pesées
le dieu de la mort en a convenu
il t’a laissée partir
mais je n’avais pas les paroles ballerines

pour que ton pied n’accroche plus au roc
je n’avais pas les mots
qui te délivreraient
j’attends les métamorphoses du silence

 

 

« Sur le pas de l’ombre » (Variations sur le thème d’Orphée à partir de dessins de Michèle Iznardo).