Tu sépareras la terre du feu...

 

Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l’épais, doucement avec grande industrie

 

Dans l’union de la vigne et du tuf
Elle entend le serment des sarments au village
La promesse a glissé depuis le Nord
À portée de rails
     Dans le ventre du vent gravide

 

L’ancêtre sema des dents comme on sème des mots
Naquirent des guerriers
     Mots de guerre
En collier d’épousée
Harmonie compta ses malheurs
     Maux d’enfants

 

                                     Dans un café parisien
                                     Paru Vendu accapare un vieux danseur musette
                                     Aux rides ténues et cheveux de zinc

 

Sonne et trébuche consonne
Nous sommes tapis
Dans un silence à fleur de pénombre
L’homme qui annone et moi

 

                                    La comète lettre s’étire et s’effiloche
                                    Vit et rit
                                               Ni parue ni vendue
                                    Sous cape elle coule acide
                                    Au-delà de l’odeur des harengs au vinaigre

 

J’ai perdu le fil des rhapsodes
Qui t’aurait permis de coudre de rapetasser
Ta lecture d’illettré
Vieux danseur fatigué

 

                                    L’homme aux cheveux blancs lit à haute voix
                                    Les nouvelles du jour
                                   Journellement misérables
                                   Du composé au séparé
                                   À l’heure où les cuisiniers mangent
                                   Avant le coup de feu

 

Harmonie et Cadmos beaux amants
     Devenus serpents
Mélusine cor d’harmonie des eaux
Mystère irréductible de la séparation
Contes à dormir debout
     En robe de saphir

 

                                 Le métal vif
                                 N’est pas venu là seul
                                 Les yeux de l’autre l’ont guidé
                                 Vers la sortie
                                 Trois passeurs pour une voix

 

Lui
L’autre qui me porte
Mon tout autre
Mon sourire de cyprès échevelé
Ma tuile étoile au vert d’amant
Qui effile et révèle
Sans le savoir
Les rêves de mes mots

 

                               La cavale domptée
                               Restera sauvage
                               À défaut d’orgue
                               Elle joue du serpent

 

Plante des pieds à même la terre
Pieds poissons dans le cliquetis des flots
Les couleurs tintent
Les couleurs chantent
Rédimant l’humanité

 

     Vouivre sur le fil d’un I
Harmonie se prélasse au firmament
     Mère Lucine des accouchements
Du ciel et de la terre

 

                               Contrepoint
                               Les cuisiniers ont disparu
                               Avec les dernières miettes
                               Mélusine et ses sœurs
                               Secouent les draps
                               Brodés au point de rosée par la trompette de Miles Davis

                               La poussière de soleil
                               Déride les persiennes