Cairn de Gavrinis

 

La pierre a bu
comme une source éteinte
le scintillement des ombres

Il y a alors une pesanteur
légère
délivrée des inquiétudes

prise entre l’homme
et la mémoire de l’homme.

*

L’étincelle et l’ombre ancienne
échangent leurs horizons
plus vagabonds que les saisons

J’écoute le frémissement
éphémère
qui nous sert de destin.

*

La matrice de pierre
confiée  aux pulsations de l’origine
retrouve son sommeil natal

Les ondes lentes
ouvrent en moi
ciel et terre.

*

Les ondes se resserrent
et divergent
en infinies variations
filigranées de spires

comme un monde
qui se dilate.

*

La pulsation du flux et du reflux
fait jaillir le magma génital
qui anime toute naissance

Les échos concentriques
qui naissent de nos cendres
ruissellent.

*

La palpitation
infuse
des processions volatiles
qui font trembler les ondes

En mourant
elles se renouvellent
pour des rendez-vous
devenus illisibles à notre mémoire.

*

Le monde
semble se clore

refluer
vers la mémoire

afin que surgisse
ce qui ne peut s’effacer.

 

 

 

Gavrinis est une île du golfe du Morbihan, au large de Larmor-Baden. Son cairn datant du néolithique comporte 29 dalles dont 23 sont  remarquablement gravées sur toute leur surface.

Extrait de Un monde de pierres
(éditions Blanc Silex, Prix poésie des Ecrivains Bretons 2002, épuisé)