Impermanence

 

S’élancer
se jeter
sur les pentes
de chaque instant
se glisser
entre les rocs éboulis
des montagnes singulières

Se dérouler    s’effiler    se déhancher
s’affiner    se réduire
et courir plus encore
plus loin

polir
les scories les entraves

Eclabousser d’un soleil
chaque pierre

Ne pas fuir    mais jaillir

Ne pas chuter    mais cascader

Etre l’eau du torrent
dévaler du sommet natal
puissante
légère
à grand bruit de lumière

S’allonger dans le fleuve
et par une échancrure
devenir océan

Etre l’eau du torrent
être vague
être pluie

Abreuver les déserts

Noyer les solitudes

S’accrocher au brin d’herbe
sur les fils de rosée
d’un ciel en miniature

Dans l’hiver accompli
neiger le blanc du froid

              et parler au silence

Je veux être une goutte d’eau
contenir l’impermanence
m’en nourrir
m’en réjouir.

 

« Bleu, planète » Editions Le Solitaire