Si le feu désaltère

Debout l'arbre enchaîne
Seul face aux vents
Dévisagé par l'homme
Dépouillé de sa première écorce
Le bruissement s'éteint
Alors le silence
Stigmate
Plus d'aubier à l'aube
Écorché sous le soleil
Sans peau l'arbre brûle
Et reste
Seule
La mère rouge à nue

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Il existe un endroit
Où le temps est gluant
Empêtre et enchevêtre
Même les plus petits pieds
Pour survivre
L'homme s'y enduit de mousse
De boue
Ou de varech
Et planqué dans un coin
Chante tout doucement
Des berceuses exotiques
Litanies  chevrotantes
Hachées
Par la peur

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Lit vide
Livide
Évidée la présence
Dans les plis désertés
On annonce grand froid

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Et si l'image se retirait
Comme la mer se dérobe
Ne laissant derrière elle
Qu’une laisse de mer

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

L'eau creuser l'eau
Marquer les reflets
De ronds métalliques
Délier la main crispée
Déjà fripée et ajuster
Le mouvement aux vagues
Quand la peau salée piquera
Lever les yeux
Et les filets

L'eau ouvrager l'eau
Et de la matrice salée
Ne garder que la forme