I fiori tutte le notti aperti

 

ricordo di Andrea Zanzotto

 

I fiori tutte le notti aperti, mi guardi scrutando in giro
o dalla finestra il campo come il campo di una volta.
Venuti per i prati, per non poterli dire che erbe e alberi.
Potevamo essere fatti di un ferro, di  un  muso.
L’orto è solo una cosa che facevamo, una domanda.

 

 

 

                                                                                                    souvenir d’Andrea Zanzotto

 

Les fleurs toutes les nuits ouvertes, tu me regardes en scrutant alentour
ou par la fenêtre le champ semblable au champ d’autrefois.
Venus à travers prés, pour ne pouvoir les dire qu’herbes et arbres.
Ils pouvaient être faits d’un bout de fer, d’un museau.
Le potager est juste une chose que nous faisions, une demande.

 

Traduit de l’italien par Jean-Charles Vegliante
(d’un recueil à paraître chez Mondadori