Vedere nuda la vita

 

Vedere  nuda la vita
mentre si parla una lingua per dire qualcosa.
Uscire di sera rende la sera più bella
ma è il poco sole obliquo la sera senza parole.
Vedere nuda la vita quando c’eri con le tue cose.
Adesso le cose sono sole,
non c’è la promessa del tuo svegliarti
e continuare con le ciabatte, le tazze, i cucchiai.
Non è valsa la pena affaccendarsi.
Il gioco dei giorni è la promessa che non sapevi
a perdere sempre da prima.

 

Voir nue la vie
pendant que l’on parle une langue pour dire quelque chose.
Sortir le soir rend le soir plus beau
mais c’est le peu de soleil oblique le soir sans paroles.
Voir nue la vie quand tu étais avec tes choses.
Maintenant les choses sont seules,
il n’y a pas la promesse de ton réveil
et de continuer en savates, les tasses, les cuillers.
Ce n’était pas la peine de s’affairer.
Le jeu des jours est la promesse que tu ignorais
devoir perdre avant depuis toujours.

 

Traduit de l’italien par Jean-Charles Vegliante
(d’un recueil à paraître chez Mondadori