Les deux battants de la porte-fenêtre

 

Les deux battants de la porte-fenêtre,
double page où quelquefois des visages
oubliés ou bien rayés du registre
des vivants la nuit sur les vitres viennent
lire en tapinois ce qui s’est passé
ici-bas, se mirer, se reconnaître,
étonnés d’être surpris en flagrante
lecture, oh ! d’être reconnus encore,
accueillis de ce côté-là des choses
où déjà plus pour personne ils n’existent.