Tresser

 

Tu laisses les mains au fond des poches
et le cœur boutonné sous la chemise
tu emprisonnes les mots
tu carapaces
tu capitonnes
et puis tu guettes, immobile
tu espères parfois
tu crèves d’envie souvent
qu’un autre se chargera du sale boulot
qu’il ramène son audace
ses mains crasseuses
et même sa grande gueule, pourquoi pas
n’importe quelle ficelle pour t’apprendre
à tresser ta voix avec une autre voix
ta vie avec une autre vie