ACHEVER SANS ANGOISSE...

 

ACHEVER SANS ANGOISSE DE DIRE LE MONDE
avec pour seule ressource de petites phrases
empilées comme des briques manchotes.

Une maison pour des mouches
– ou pour des hommes, concernés par la finitude.

Le ciel fait semblant d’être d’encre :
il est noir et noir encore.
Aiment y fondre les oiseaux.

La cabane chemine sous la voûte,
réduit l’ouvert pour un temps.
Il faut maintenant dormir,
et s’en remettre à ces minuscules grilles
qui seront défaites avant le matin.

 

 

Extrait de D’une Craie qui s’efface, L’Harmattan, 2009 (préface de Pierre Dhainaut).